Mise à jour dynamique du DNS pour la page d’accueil locale

La chute des prix des forfaits DSL le permet : de plus en plus de webmasters amateurs se tournent vers l’hébergement de leur page d’accueil sur leur propre ordinateur, mais ils sont alors confrontés au …

Mise à jour dynamique du DNS pour la page d’accueil locale

Dynamisches.DNSUpdate-Logo.png
  1. Magazine
  2. »
  3. Article
  4. »
  5. Netzwerk
  6. »
  7. Mise à jour dynamique du DNS pour la page d’accueil locale

La chute des prix des forfaits DSL le permet : de plus en plus de webmasters amateurs se tournent vers l’hébergement de leur page d’accueil sur leur propre ordinateur, mais ils sont alors confrontés au problème de l’adresse IP qui change à chaque connexion à Internet. La mise à jour dynamique du DNS, à laquelle nous nous sommes intéressés de plus près, a permis de remédier à cette situation.

Le DynDNS Updater (DynDNS.com) est payant depuis 2014.

Remarque préliminaire

Comme le problème des mises à jour dynamiques du DNS est devenu plus fréquent ces derniers temps, j’ai rédigé un petit tutoriel dans lequel je souhaite le décrire à nouveau à l’aide d’un exemple de cas. Les « geeks » expérimentés me pardonneront si je mentionne parfois des choses ou explique une procédure qu’ils considéreraient comme « logique ». Mais ce tutoriel s’adresse aussi en premier lieu à ceux pour qui tout cela est un terrain inconnu.

Structure du tutoriel :
1. introduction
2. qu’est-ce que la « mise à jour dynamique du DNS » ?
3. comment fonctionne le schéma DynDNS ?
4. de quoi ai-je besoin ?
5. le compte
6. créer un hôte
7. le client de mise à jour DynDNS
8. routeur et pare-feu
9. le premier test
10. serveur web Apache httpd.conf
11. résumé
12. liens pour aller plus loin

1. introduction

La chute croissante des prix de l’ADSL et des forfaits de la part des « fournisseurs d’accès à Internet (FAI) » invite de plus en plus de webmasters amateurs et ceux qui souhaitent le devenir à héberger leur page d’accueil sur leur ordinateur personnel.

Remarque :
Pour les utilisateurs de modems ou les utilisateurs sans forfait, cela n’a pas de sens pour différentes raisons (par ex. : coûts en ligne, vitesse, etc.).

Comme chaque ordinateur se voit attribuer une adresse IP unique par son fournisseur d’accès à Internet, il peut logiquement être trouvé par tous les autres ordinateurs sur Internet grâce à cette adresse IP.

Mais comme le nombre d’IP publiques a aussi ses limites et que chaque FAI ne dispose que d’un certain « pool » d’adresses, chaque ordinateur qui se connecte à son FAI se voit attribuer une IP de ce « pool ». Il ne s’agit pas toujours de la même IP que celle que l’on avait hier ou lors de la dernière connexion.

Cela a toutefois pour conséquence que la page d’accueil locale, qui était encore accessible hier sous l’IP xx.156.21.12, ne peut plus être trouvée aujourd’hui, car l’IP xx.14.21.58 a été attribuée au PC domestique par le FAI après une nouvelle connexion à Internet.
De plus, les FAI – presque tous le font – appliquent une règle de 24 heures, mais je ne souhaite pas m’y attarder ici.
La question qui se pose maintenant est de savoir comment ma page d’accueil peut être trouvée par mes visiteurs malgré les changements d’IP.

C’est là qu’intervient la « mise à jour dynamique du DNS » (ci-après DynDNS). Dans cet article, il est question de dyndns.org – le domaine s’appelle désormais dyn.com !

Remarque :
Toutes les indications de chemin se rapportent à mon ordinateur et doivent être considérées exclusivement comme des exemples. Les noms d’hôtes :
wttest.dyndns.org (ou wttest.dyn.com)
forum.wttest.dyndns.org (ou forum.wttest.dyn.com)
gaestebuch.wttest.dyndns.org
(ou gaestebuch.wttest.dyn.com)
ont été créés spécialement pour ce tutoriel et ne prétendent pas à une fonctionnalité permanente.

2. qu’est-ce que la « mise à jour dynamique du DNS » ?

Tout d’abord, chacun doit comprendre ce que signifie le terme « DNS ».

Le système de noms de domaine (DNS) est l’un des services les plus importants sur Internet. Le DNS est une base de données distribuée qui gère l’espace de noms sur Internet. Le DNS est principalement utilisé pour convertir les noms en adresses (forward lookup). Ceci est comparable à un annuaire téléphonique qui résout les noms des abonnés en leurs numéros de téléphone. Le DNS offre donc une simplification, car les gens retiennent bien mieux les noms que les colonnes de chiffres. Ainsi, il est très facile de retenir le nom de domaine www.WinTotal.de, mais pas l’adresse IP correspondante 213.133.111.171.

Comme de nombreux utilisateurs d’ordinateurs personnels ont une adresse IP variable (à chaque connexion à Internet, une adresse IP différente est attribuée à partir d’un pool, voir ci-dessus), il existe désormais des fournisseurs de DynDNS qui veillent à ce que l’on soit toujours joignable par le même nom d’ordinateur, même avec des adresses qui changent aussi rapidement que possible. Cette adresse IP actuelle doit être communiquée au fournisseur DynDNS après chaque connexion à Internet ou à intervalles réguliers, afin qu’il puisse réagir à d’éventuelles modifications.
Pour ce faire, un client DynDNS est installé sur l’ordinateur hôte (ordinateur à domicile). Ce client est un petit outil logiciel (généralement pas plus grand que quelques Ko) qui transmet toujours l’IP actuelle reçue du FAI au fournisseur DynDNS.

Il est ainsi garanti que la page d’accueil avec le nom de domaine wttest.dyndns.org, par exemple, est toujours accessible, quelle que soit l’IP actuellement attribuée à l' »ordinateur personnel » par le FAI.
La condition préalable est bien sûr que l’ordinateur soit allumé et en ligne.

Note en marge :
Comme nous traitons dans ce tutoriel exclusivement de la « variante gratuite » proposée par de nombreux fournisseurs de DynDNS, il convient de noter ici qu’il s’agit à juste titre de sous-domaines. Ceux-ci se composent d’un domaine enregistré par le fournisseur DynDNS, dans notre exemple « https://dyn.com/ » (nouvelle url), et d’un nom librement choisi par l’utilisateur, par exemple« wttest« .

3. comment fonctionne DynDNS – schéma

Le schéma suivant représente un aperçu d’une configuration DynDNS telle qu’elle est utilisée dans notre exemple.

Représentation du schéma DynDNS

4. de quoi ai-je besoin ?

Comme nous voulons, dans notre exemple, mettre à disposition du public une page d’accueil sur l’ordinateur personnel, j’aborde ici exclusivement ce sujet. D’autres possibilités offertes par le DynDNS sont brièvement mentionnées, mais ne sont pas traitées ici (cela dépasserait le cadre).

Nous avons besoin de :
1. un serveur web Apache (celui-ci devrait déjà fonctionner localement. Cela fonctionne bien sûr aussi avec d’autres serveurs web).
2. un compte auprès d’un fournisseur DynDNS

  • a. Dans notre exemple : https://account.dyn.com/ (nouvelle url)
  • b. Un nom d’hôte wttest.dyndns.org
  • c. Un client DynDNS pour mettre à jour l’IP (pour notre exemple, j’ai opté pour « DynDNS Updater »)

Autres possibilités de DynDNS (non traitées plus loin)

  • Serveur FTP (voir article)
  • Serveur de messagerie
  • VPN
  • et autres

Remarque : une fois que la connexion http via DynDNS fonctionne sans problème, le FTP et les camarades ne devraient plus poser de problème.

5. le compte

Maintenant que le fonctionnement de DynDNS devrait (espérons-le) être relativement clair, nous allons nous atteler à la création d’un compte auprès de notre fournisseur DynDNS. Pour pouvoir utiliser le service de https://dyn.com/ (nouvelle url), il faut d’abord s’enregistrer. Cet enregistrement est gratuit et ne devrait pas poser de difficultés majeures.

Pour s’inscrire : https://account.dyn.com/entrance/ (nouvelle url)

Une fois l’enregistrement terminé, un e-mail d’activation du compte est envoyé. Pour confirmer les données, veuillez suivre le lien d’activation dans cet e-mail – c’est tout.

6. créer un hôte

Après l’activation du compte, nous créons d’abord un hôte (le nom sous lequel notre page d’accueil doit être trouvée). Si ce n’est pas encore fait, veuillez vous connecter à https://dyn.com/ avec vos données d’utilisateur (sur le site web en haut à droite « Sign In »). Pour créer un nouvel hôte, nous devons nous rendre dans la zone « Services » et y sélectionner « Add Host ».

Dans le formulaire suivant, nous pouvons maintenant saisir le nom d’hôte que nous avons choisi et l’attribuer à un domaine.

DynDNS.org

Nom d’hôte : wttest.dyndns.org

Où wttest est le nom d’hôte que nous avons choisi et dyndns.org un domaine enregistré par notre fournisseur (pour rappel, wttest est un sous-domaine de dyndns.org). Le choix du domaine vous appartient.

IP :

Veuillez le laisser tel quel !!!

Il s’agit de l’IP qui vous a été attribuée par votre FAI. Si nous ne tenions pas notre IP actuelle à jour grâce au DynDNS Updater, notre page d’accueil ne serait plus trouvée au plus tard après la prochaine connexion à Internet.

Caractères joker :

Sous Wildcards, on peut définir si notre page d’accueil n’est accessible que sous le nom d’hôte indiqué wttest.dyndns.org ou si nous voulons également autoriser les alias. Cela peut s’avérer utile si nous souhaitons créer d’autres sous-domaines pour notre page d’accueil.
Par exemple forum.wttest.dyndns.org ou gaestebuch.wttest.dyndns.org. Comme nous en avons besoin dans notre exemple, nous activons ici les jokers.

Mail Exchange / Backup MX :

Nous pouvons les négliger, car ils ne sont pas disponibles dans l’offre gratuite.

Si aucune erreur n’est survenue lors de la création de l’hôte, par exemple parce que le nom d’hôte choisi est déjà pris, le message suivant devrait s’afficher après avoir cliqué sur le bouton « Add Host ».

DynDNS.org

7. le client de mise à jour DynDNS

Si ce n’est pas déjà fait, veuillez télécharger et installer le client DynDNS ici (DynUpdateClient).
Lors du premier démarrage du client, le programme s’annonce pour la saisie des paramètres de base.

Onglet Comptes

Ici, nous devons faire connaître au client le compte que nous avons créé chez DynDNS.org. Pour ce faire, veuillez cliquer sur le bouton « Add ».

DynDNS Updater

Dans la fenêtre de dialogue qui s’ouvre, il faut saisir un nom pour cette connexion. Celui-ci sert à identifier la connexion et peut être choisi librement.

Nom du compte

Après avoir saisi le nom, une nouvelle boîte de dialogue s’ouvre dans laquelle les données de ce compte doivent être saisies.

Compte:

Cet onglet permet de saisir les données avec lesquelles nous nous sommes inscrits sur DynDNS.org (devenu entre-temps « dyn.com »).

DynDNS Updater

Account Name : le nom saisi précédemment pour l’identification.
Provider : il s’agit du fournisseur DynDNS (pas de changement)
User ID : le nom de connexion chez DynDNS.org
Password : le mot de passe chez DynDNS.org
Retype : répéter le mot de passe

Hôtes (Hosts) :

Ici sont listés les hôtes que nous avons configurés chez DynDNS.org.
Remarque : Avec le compte gratuit, on peut enregistrer jusqu’à 5 hôtes.

DynDNS Updater

Pour insérer un hôte, cliquer sur le bouton « Add ».

DynDNS Updater

Inscrire ici le nom d’hôte que nous avons créé chez DynDNS.org : wttest.dyndns.org

Confirmer avec « OK ».

Si plusieurs hôtes ont été créés, répéter cette étape par analogie.

Options:

Veiller à ce que le type « Dynamic » soit sélectionné et que le joker soit activé.

DynDNS Updater

Une fois que les réglages ont été effectués dans les trois onglets, ce dialogue peut être fermé en cliquant sur « OK ».

Le résultat devrait alors ressembler à ceci :

DynDNS Updater

Remarque : La case à cocher devant le nom du compte permet de définir si ce compte est activé ou désactivé.

Onglet Connections :

On règle ici la manière dont la connexion Internet est établie.
Les utilisateurs DSL devraient choisir ici le paramètre « Local Area Network ».
Le cas échéant, il convient de saisir les paramètres du proxy.
Étant donné que l’utilisation d’un modem n’est pas recommandée, je ne m’étendrai pas davantage sur ce point.
Sous « Server port used to update », on peut définir un autre port pour la mise à jour du client. Si nous nous trouvons derrière un pare-feu, le port défini devrait également y être activé.

DynDNS Updater – Connexions

Onglet IP-Address

Ici, il est encore possible de définir des paramètres IP spéciaux. Mais en règle générale, les valeurs paramétrées devraient être reprises telles qu’elles sont proposées.

DynDNS Updater – Adresse IP

Adresse(s) IP détectée(s) : Toutes les adresses IP attribuées à l’ordinateur sont affichées ici.
Test : Sert à tester l’adresse IP actuellement attribuée par le FAI.

DynDNS Updater – Adresse IP

Aucune adresse IP de la plage d’adresses « privées » ne doit apparaître ici.

plage d’adresses IP privées :

10.0.0.0 – 10.255.255.255 (10/8 préfixe)
172.16.0.0 – 172.31.255.255 (172.16/12 préfixe)
192.168.0.0 – 192.168.255.255 (192.168/16 préfixe)

Nous pouvons à nouveau négliger les onglets « Logging » et « Icons », car ils n’ont aucune influence sur le fonctionnement du client.

Une fois tous les réglages effectués dans les onglets, confirmer en cliquant sur « OK ».

Lors d’une première installation, le client se ferme. Je ne sais pas si c’est un bug ou si c’est voulu.

Si le message suivant apparaît dans la barre des tâches, il ne s’agit pas d’une erreur, mais d’un fait acquis.

DynDNS Updater – Message d’erreur dans la barre des tâches

Si le client est fermé, veuillez l’ouvrir à nouveau pour saisir les derniers paramètres. Pour cela, il suffit de cliquer sur l’icône du client dans la barre des tâches.

Onglet Info :

Des informations générales sur les réglages effectués jusqu’à présent sont affichées ici.

DynDNS Updater – Info

Les points suivants sont intéressants :

Automatic update : détermine si le client vérifie de lui-même, à un intervalle de temps donné, si l’IP actuelle correspond toujours à l’IP « connue » de notre fournisseur DynDNS. Par défaut, cette option est désactivée (pour une raison quelconque).
Current IP : Affiche l’IP actuellement attribuée par le FAI.
Button Update : pour mettre à jour manuellement l’adresse IP auprès du fournisseur DynDNS.
Bouton Settings… : Ouvre la boîte de dialogue pour les paramètres du compte et de l’hôte.

Onglet Options :

DynDNS Updater – Options

Start with Windows : Le client doit-il être chargé directement au démarrage de Windows (Autostart) ? Je l’ai activé chez moi, sinon j’oublie de le faire.
No beep when … : Si des erreurs surviennent lors de la mise à jour, un signal sonore peut être activé ici.
Enable automatic update : pour que le fournisseur DynDNS « connaisse » toujours l’IP actuelle, cette option devrait être activée. Le réglage de 5 min. devrait suffire.

Onglet Log :

Toutes les activités du client sont consignées ici. Un fichier journal correct se présenterait à peu près comme suit :

DynDNS Updater – Version 2.2.0 (Build 75) log file. Créé à 13:07:13 – 01.23.2005.
[005] – 13:35:07 – 01.23.2005 – Démarrage du processus de mise à jour
[002] – 13:35:07 – 01.23.2005 – wttest.dyndns.org [dyndns.org] : bon 84.56.128.142 (Mise à jour bonne et réussie, IP mise à jour)
[005] – 13:35:07 – 01.23.2005 – Processus de mise à jour terminé
[002] – 13:35:07 – 01.23.2005 – Résultat de la mise à jour : pas d’erreur
[002] – 13:35:07 – 01.23.2005 – Prochaine mise à jour de la force : 02.17.2005 13:35:05
[002] – 13:35:07 – 01.23.2005 – DynDNS Updater prêt…

Si le log semble raisonnable, la configuration du client est terminée et le client peut être fermé (ne pas quitter).

8. routeur et pare-feu

Si l’ordinateur personnel est protégé par un pare-feu ou se trouve derrière un routeur, il faut veiller à ce que le port 80 (http) soit activé. Lors de la configuration du routeur, il faut en outre veiller à ce que les demandes sur le port 80 soient également transmises à l’ordinateur concerné. Comme il existe une multitude de routeurs et de logiciels pare-feu, je n’entrerai pas dans les détails des différents fournisseurs. Il convient toutefois de noter que certains routeurs sont déjà préparés pour DynDNS. Si c’est le cas, on pourrait se passer du client DynDNS. Reste à savoir si cela est judicieux.

Inconvénient :
Le nombre d’hôtes/comptes possibles varie selon le fabricant et le modèle du routeur. Si l’on a besoin de plus de possibilités que celles proposées, on ne peut pas éviter d’utiliser le client de mise à jour.

9. le premier test

Pour ceux qui sont impatients de savoir si cela fonctionne, nous pouvons faire ici le premier test. Pour cela, il faut que le client ait effectué une mise à jour réussie et que le fournisseur DynDNS dispose de notre IP actuelle.

L’icône dans la barre des tâches doit être verte.

DynDNS Updater – tout est OK

Il est maintenant possible de pinguer l’hôte dans l’invite de commande.

Invite : Démarrer – Exécuter : cmd

Dans l’invite de commande, saisir ce qui suit :

ping wttest.dyndns.org [ENTER]

Si le test a réussi, le résultat devrait ressembler à ce qui suit :

Ping, alors tout est OK

Dans l’exemple suivant, j’ai délibérément indiqué un mauvais nom d’hôte. Ce nom d’hôte n’est pas connu de notre fournisseur DynDNS et ne devrait pas fonctionner.

Ping, le nom n’a pas pu être résolu

Une fois le premier test passé, il faut encore procéder à une modification de la configuration de notre serveur web Apache.

10. serveur web Apache httpd.conf

Comme nous l’avons déjà mentionné dans l’introduction, le serveur web devrait déjà être configuré et fonctionner localement.

Pour que le serveur Apache local « sache » qu’il s’agit bien de lui lorsque la requête wttest.dyndns.org arrive sur notre ordinateur, nous allons créer 3 hôtes virtuels.

1. wttest.dyndns.org (la page d’accueil proprement dite)
2. forum.wttest.dyndns.org
3. gaestebuch.wttest.dyndns.org

Remarques :
1. veuillez faire une copie de sauvegarde du fichier httpd.conf.
2. une méthode éprouvée consiste à enregistrer ses propres paramètres dans un fichier include séparé.
3. la configuration présentée ici ne décrit que l’ajout des hôtes virtuels, les mesures de sécurité ne sont pas mentionnées ici.

Pour ce faire, nous créons un nouveau fichier« my_virtual_hosts.inc » dans un éditeur de texte quelconque.

NomHôteVirtuel *:80

ServerAdmin webmaster@wttest.dyndns.org
DocumentRoot « D:/web/WinTotal/homepage/ »
ServerName wttest.dyndns.org

ServerAdmin webmaster@wttest.dyndns.org
DocumentRoot « D:/web/WinTotal/forum/ »
ServerName forum.wttest.dyndns.org

ServerAdmin webmaster@wttest.dyndns.org
DocumentRoot « D:/web/WinTotal/gaestebuch/ »
ServerName gaestebuch.wttest.dyndns.org

DocumentRoot : Répertoire de l’ordinateur local dans lequel Apache doit rechercher les fichiers demandés.
ServerName : Nom d’hôte du « VirtualHost » concerné

Ce fichier est enregistré dans le répertoire« conf » du serveur web.

Exemple : D:ServerApache2confmy_virtual_hosts.inc

Pour qu’Apache trouve également ce fichier, nous ajoutons encore la ligne suivante à la fin du fichier de configuration« httpd.conf« , qui se trouve également dans le répertoire « conf » d’Apache :

include « D:/Server/Apache2/conf/my_virtual_hosts.inc ».

ASTUCE:
Comme toutes les données ou les fichiers de configuration modifiés sont perdus après la restauration d’une image, une nouvelle installation ou un crash du disque dur, Apache – PHP – MySQL ne devraient pas se trouver dans la même partition ou sur le même disque dur que le système d’exploitation.

Pour finir, redémarrer Apache et le travail est terminé.

Tester :

Pour tester la configuration, il devrait suffire d’appeler les 3 noms d’hôtes créés dans n’importe quel navigateur.

wttest.dyndns.org

Jusque-là, tout va bien. Mais comment puis-je savoir maintenant si les pages web sont effectivement trouvées via Internet ou si elles me sont simplement affichées, puisqu’elles se trouvent de toute façon sur mon ordinateur.

Pour cela, j’utilise une astuce à la fois simple et utile. Sur le site Serversniff, on peut faire analyser le serveur web ou les pages.

Plan du webmaster

Si le test peut être effectué, on est sûr que notre site web est réellement trouvé en ligne. Si le site n’est pas trouvé, le contrôle s’interrompt sur Webmasterplan.de avec un message d’erreur.

Une erreur est survenue : 500 – Unknown

Petit effet secondaire : on voit tout de suite si le site web est bien programmé.

Si tous les tests sont réussis : taper sur l’épaule et se réjouir.

11. résumé

Comme nous l’avons montré, héberger une page d’accueil sur son ordinateur personnel n’a rien de sorcier.

La condition préalable est, comme toujours, de comprendre d’abord en théorie de quoi il s’agit ou de connaître l’interaction des différents composants.

C’est à chacun de décider s’il est judicieux ou non d’entreprendre cette démarche. Mon avis personnel est qu’il n’est guère judicieux d’héberger une page d’accueil chez soi, étant donné les bas prix pratiqués par les hébergeurs. Si l’on veut mettre sa page d’accueil à disposition du public 24 heures sur 24 et 365 jours par an, il n’y a rien d’autre à faire que de louer un espace web officiel.

En outre, il faut savoir que tous les FAI n’autorisent pas l’utilisation de la connexion Internet pour proposer des services de serveur (permanents). Afin d’éviter tout malentendu ou problème ultérieur, toute personne souhaitant proposer de tels services (HTTP, FTP, MAIL, VPN, etc.) doit s’informer au préalable auprès de son FAI des conditions d’utilisation de la connexion Internet.

J’espère avoir pu rendre la chose un peu plus compréhensible.

12. liens complémentaires

Logiciel pour l’exploitation de serveurs à domicile
Le serveur web le plus utilisé sur Internet : http://www.apache.org/
Une base de données OpenSource : http://www.mysql.de/
PHP est un langage de script open source largement répandu et destiné à un usage général, qui convient spécialement à la programmation web et peut être intégré au HTML : http://www.php-homepage.de/
Kit complet pour serveur web avec Apache, PHP, MySQL, Perl et plus : http://www.apachefriends.org/de/
Programmation
Obligatoire pour chaque webmaster : http://de.selfhtml.org – http://www.selfphp.de

Sources et explications supplémentaires
Wikipedia sur le DNS : http://de.wikipedia.org/wiki/Domain_Name_System
Wikipedia sur DynDNS : http://de.wikipedia.org/wiki/DynDNS

Articles similaires