Cloner Windows et le faire fonctionner

Depuis Windows 2000, il n’est pas possible de copier une image de Windows sur une autre partition et de la démarrer en tant que système de secours. Ceci est dû à des références fixes dans …

Cloner Windows et le faire fonctionner

  1. Magazine
  2. »
  3. Article
  4. »
  5. Windows
  6. »
  7. Cloner Windows et le faire fonctionner

Depuis Windows 2000, il n’est pas possible de copier une image de Windows sur une autre partition et de la démarrer en tant que système de secours. Ceci est dû à des références fixes dans le registre qui doivent être modifiées. Dans l’article suivant, nous présentons comment faire fonctionner un clone de Windows comme système de secours ou secondaire.

L’inexplicable et sa solution

Sous Windows 98, le monde était encore en ordre. On pouvait prédire avec précision, à l’aide des partitions, quel lecteur recevrait quelle lettre. En sachant cela, il était relativement facile de cloner un Windows 98 déjà installé, de le restaurer sur un deuxième disque dur ou une deuxième partition et de le démarrer avec un gestionnaire de démarrage.

Si vous essayez de faire la même chose avec un système depuis Windows 2000, vous allez régulièrement faire naufrage. Et ce, même s’il s’agit du même système de départ. Un Windows XP cloné peut certes être démarré au début via un gestionnaire de démarrage, mais il reste ensuite bloqué avec un message d’erreur.

Ce comportement erroné est dû à des entrées dans le registre de Windows 2000 et suivants, avec lesquelles le système d’exploitation attribue à chaque partition, outre une lettre, un GUID (Globally Unique Identifier) unique. Sous HKEY_LOCAL_MACHINESystemMountedDevices se trouvent les indications de volume et le GUID unique correspondant. Les lettres de lecteur attribuées sont ensuite attribuées à cet endroit au GUID correspondant d’une partition. L’ordre des partitions n’a pas d’importance pour Windows 2000.

alt

GUID d’une partition et affectation à la lettre
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Dans la capture d’écran, on voit que la partition marquée en haut a été associée à la lettre C en bas.
Si l’on utilise un gestionnaire de démarrage ou le menu de démarrage du BIOS pour faire d’un deuxième disque dur le disque de démarrage sur lequel se trouve un Windows cloné, la référence à C renverrait tout de même à une autre partition. Par conséquent, le système d’exploitation cloné ne démarre pas ou continue d’utiliser le système d’exploitation source, car celui-ci est toujours indiqué comme C. Le système d’exploitation cloné ne peut pas être utilisé sur une autre partition.

Solution possible

Il existe plusieurs façons de créer un clone de Windows. A titre d’exemple, nous décrivons en gros deux manières, qui peuvent varier selon le système.

Clonage sur une autre partition

  • Créez tout d’abord une nouvelle partition sous Windows à l’aide du Gestionnaire de disques et attribuez à cette partition une lettre de lecteur (par ex. T).
    alt

    Nouvelle partition et attribution à DosDevice T
    Cliquez sur l’image pour l’agrandir

  • Copiez ensuite le Windows source sur la partition cible à l’aide d’un programme d’image ou à l’aide d’un environnement PE Windows et de la commande xcopy /k /r /e /i /s /c /h /o.
    Ne copiez pas seulement le dossier Windows, car les dossiers « Documents et paramètres » et « Programmes » sont également nécessaires !
  • Lancez maintenant Regedit (à partir de Windows PE ou du Windows source) et allez dans la branche HKEY_LOCAL_MACHINE. Dans la branche MountedDevices, vous trouverez le GUID de la lettre attribuée précédemment. Copiez cette entrée – la valeur du nom et la valeur binaire de l’entrée elle-même (voir la capture d’écran avec la lettre T).
  • Via « Charger la structure » dans Regedit depuis le Windows source ou le PE Windows, chargez maintenant le fichier system depuis la partition du Windows cloné dans le dossier WindowsSystem32config et donnez un nom à la structure. Celle-ci sera alors également affichée dans Regedit.
    alt

    Charger la structure
    Cliquez sur l’image pour l’agrandir

  • Il ne vous reste plus qu’à créer le GUID de la partition dans la structure importée, puis à modifier également le GUID du DosDevice C en conséquence (voir capture d’écran, dans ce cas, changez donc le DosDevice T en C et supprimez l’ancien C ou changez la lettre), de sorte que la nouvelle partition soit d’une part connue en tant que volume et d’autre part également utilisée comme C. Ensuite, il faut à nouveau supprimer la structure chargée.
  • Pour finir, il ne reste plus qu’à compléter le Boot.ini du Windows source de manière à ce que le Windows clone apparaisse également dans le menu de démarrage de Windows. Le moyen le plus simple est ici de passer par la console de restauration du CD Windows. Pour cela, il faut démarrer l’ordinateur à partir du CD Windows XP (le cas échéant, modifier l’ordre de démarrage dans le BIOS) et passer en mode de réparation à l’aide de la console de récupération en appuyant sur la touche « R ».
    Dans la console de récupération, on saisit la commande bootcfg /add et on attend les messages indiquant quels systèmes ont été trouvés. Voir la capture d’écran dans l’astuce WinTotal.
    Il est également possible d’éditer soi-même le Boot.ini (voir à ce sujet l’article séparé sur le bootloader).

Autres moyens via un 2e disque dur

Il existe d’autres moyens d’intégrer un Windows cloné comme 2e système. On peut aussi travailler avec un 2e disque dur et forcer ensuite une commutation via le BIOS ou un gestionnaire de démarrage approprié. Pour cela, il faudrait écrire une image du Windows source sur le disque dur cible avec des programmes appropriés comme Acronis True Image. Il est également possible de cloner à l’aide de Windows PE, comme décrit ci-dessus.

Ensuite, la partition doit être définie comme active. Cela peut être fait à l’aide d’un programme de gestion de disque dur ou du programme Diskpart et de la commande active ( choisir auparavant le disque dur correspondant avec select disk et ensuite la première partition avec select partition 1 ).

Ensuite, un nouveau Master Boot Record (MBR) doit être écrit sur le disque dur.
Vous devez créer le nouveau MBR à l’aide d’une disquette de démarrage MS DOS et de la commande fdisk /mbr. Veillez toutefois à ce que le nouveau disque dur soit réellement démarré en tant que lecteur actif (le mieux est de tester le système jusqu’à ce qu’un message d’erreur apparaisse). Le nouveau MBR fait que Windows recrée toutes les affectations dans MountedDevices, car la signature sur le MBR a changé.

Après le fdisk /mbr, lancez la console de récupération de Windows. Pour ce faire, démarrez l’ordinateur à partir du CD de Windows XP (le cas échéant, modifiez l’ordre de démarrage dans le BIOS), puis passez en mode réparation à l’aide de la console de récupération en appuyant sur la touche « R ». Dans la console, faites écrire un code de démarrage valide. Cela se fait avec la commande fixmbr (mais qui n’écrit pas en même temps une nouvelle signature, d’où les 2 étapes).

Conclusion

En sachant pourquoi un Windows cloné ne peut pas être utilisé simplement comme un autre Windows avec un gestionnaire de démarrage, il est possible de bricoler sans trop d’efforts un multi-environnement et de créer ainsi, à partir d’un Windows source qui dort sur une étagère, sauvegardé sous forme d’image sur DVD, aussi bien un Windows de travail qu’un Windows de test ou de jeu.

Articles similaires